etapes ouvrir restaurant étranger chine

Ouvrir son propre restaurant en Chine

De nombreux expatriés en Chine à un moment ou à un autre ont rêvé d’ouvrir leur propre restaurant, café ou autre type d’opération de restauration. Loin de chez eux trop longtemps, peut-être, leurs palais sensibles commenceront à manquer les goûts de la maison, ce qui les incitera à investir dans le marché chinois de la restauration. Le plus grand au monde, le marché chinois des services alimentaires offre de nombreuses opportunités intéressantes pour les gourmets et les hommes d’affaires avertis, mais les étrangers peuvent être découragés par le processus souvent bureaucratique de création d’une entreprise en Chine. Dans cet article, nous fournissons un guide étape par étape pour ouvrir son restaurant à l’étranger.

Étape 1 : Trouver le bon emplacement

Le premier point à faire est de trouver l’emplacement de l’exploitation des aliments et des boissons. Cela peut être particulièrement délicat, car l’investisseur doit louer les locaux du restaurant avant de commencer le processus d’enregistrement pour l’entreprise de produits alimentaires et de boissons. Afin d’éviter de louer un emplacement qui se verra refuser l’enregistrement d’une entreprise, les investisseurs doivent prendre des précautions supplémentaires pour trouver un emplacement commercial qui puisse passer les inspections. Il est souvent possible de demander des consultations au Bureau de la protection de l’environnement, au Bureau de l’hygiène, au département local du ministère du Commerce et à l’Administration de l’industrie et du commerce (AIC) pour vérifier certaines exigences, comme si l’emplacement pourra obtenir une licence pour l’élimination des eaux usées.

Il est souvent plus sûr de trouver un emplacement qui est actuellement utilisé en tant qu’opération de restauration. Cela obligera l’investisseur à payer des frais de transfert au locataire actuel. Les frais varient selon l’emplacement, mais ils sont généralement d’au moins 100 000 RMB. Si les investisseurs choisissent plutôt un espace qui n’était pas auparavant utilisé comme une entreprise d’alimentation et de boissons, ils devront le remodeler pour s’assurer qu’il passe les inspections. Cette option peut être plus risquée et coûteuse aussi – les entreprises de redécoration ont tendance à facturer des frais de service d’environ 10 000 RMB par mètre carré, en plus des coûts des matériaux. Même si l’investisseur acquiert les permis et certifications nécessaires, si les résidents de la région trouvent que l’exploitation des aliments et des boissons perturbe la communauté, la licence commerciale peut être révoquée.

Étape 2 : Licence et enregistrement de l’entreprise alimentaire

Enregistrement du nom de l’entreprise

Avant de demander des licences et des permis, il est nécessaire de faire une demande d’enregistrement du nom de l’entreprise auprès de l’AIC locale. L’AIC émettra un «Avis de réservation du nom de la société» après avoir vérifié deux fois pour s’assurer que le nom de la société n’a jamais été utilisé ailleurs dans la province.

Licences d’hygiène sanitaire et alimentaire

Après avoir obtenu une licence commerciale d’entreprise, les investisseurs sont alors confrontés à la tâche d’inspections de la santé et de la sécurité alimentaire pour leurs activités alimentaires et boissons. Pour les entreprises impliquées dans l’industrie des aliments et des boissons en Chine, il existe trois principaux types de licences pour les aliments et les boissons, et certaines entreprises peuvent exiger plus d’une licence en fonction de l’étendue de leurs activités commerciales dans les aliments et les boissons:

  • Une licence de restauration (餐饮 服务 许可证) est requise pour les prestataires de services de restauration, particuliers et organisations, impliqués dans la fourniture de repas de groupe (les stands de restauration et les fournisseurs de produits alimentaires semi-finis ne sont pas tenus de détenir cette licence). Si une entité fournit des services de restauration dans différents endroits, elle doit demander une licence pour chaque emplacement
  • Une licence de production alimentaire (食食 食) est requise afin de garantir que les entreprises se conforment aux normes relatives aux capacités de fabrication et aux réglementations environnementales. Tout le personnel impliqué dans le service alimentaire doit suivre une formation approuvée par la China Food and Drug Administration (CFDA), et un système de gestion de la santé doit être mis en place afin d’assurer la santé et l’hygiène du personnel. L’Administration générale de la supervision, de l’inspection et de la quarantaine de la qualité (AQSIQ) au niveau de l’État est responsable de l’administration nationale de la licence de production alimentaire.
  • Une licence de distribution alimentaire (食食) est requise pour les entreprises engagées dans la vente de produits alimentaires et est administrée par l’AIC. Toute entité, qu’il s’agisse d’individus ou d’organisations, impliquée dans la distribution alimentaire (y compris la vente au détail et la distribution en gros d’aliments préemballés et d’aliments en vrac) est tenue d’acquérir une licence de distribution alimentaire. Cependant, parfois, lorsqu’une entité titulaire d’une licence de production alimentaire vend des produits alimentaires dans les locaux de production, elle peut contourner l’obligation de détenir une licence de distribution alimentaire.

Enregistrement de permis d’alcool

Pour les opérations d’alimentation et de boissons qui serviront de l’alcool, un permis d’alcool est requis. Le permis sera délivré après l’acquisition de la licence commerciale, du permis d’enregistrement fiscal et des licences alimentaires, mais l’intention de vendre de l’alcool doit être clairement indiquée dans la demande de licence en matière de santé et d’hygiène alimentaire.

Approbation des protections environnementales

Avant qu’un service de restauration puisse commencer à fonctionner, il doit obtenir l’approbation du bureau local de protection de l’environnement. Cela comprendra une évaluation de l’environnement intérieur et extérieur du site afin de s’assurer que l’emplacement est conforme aux normes énumérées dans le Répertoire pour la gestion et la classification des éléments de construction et de l’influence environnementale.

Étape 3 : Création de l’entité WFOE ou JV

Les étapes de création de l’entité commerciale dépendront en fin de compte de la manière dont l’entreprise alimentaire est enregistrée. En Chine, les étrangers ne sont pas autorisés à être les seuls propriétaires du restaurant ou de l’entreprise alimentaire, mais ils peuvent l’ouvrir en tant qu’entreprise à responsabilité limitée à 100% étranger (WFOE) ou par le biais d’une coentreprise (JV) avec un citoyen chinois. en tant que partenaire commercial. En outre, certains investisseurs étrangers peuvent choisir de laisser le (s) partenaire (s) chinois ouvrir l’entreprise pour simplifier le processus d’enregistrement, mais les investisseurs doivent être conscients que cela ne leur permettra pas d’avoir des droits légaux.

Le projet d’entreprise sera approuvé par le ministère du Commerce, qui délivrera une lettre d’approbation et un certificat d’approbation qui pourront être remis à l’AIC pour enregistrer la licence commerciale de l’entreprise.

Risques et défis

Les investisseurs doivent également se préparer à être prêts à affronter le marché immobilier chinois, souvent instable, afin de développer leurs activités commerciales. Alors que la plupart des restaurants dans des villes mondiales comme New York et Londres fonctionnent avec des baux d’au moins 10 ans, les baux pour les activités d’alimentation et de boissons en Chine sont souvent des baux de cinq ans, certains même seulement trois ans. En outre, les restaurateurs des villes de premier rang comme Shanghai paient un pourcentage beaucoup plus élevé de leurs bénéfices en crédit-bail commercial que dans d’autres régions du monde. Dans une enquête sur les frais de location de restaurants menée par SmartShanghai, il a été constaté que payer 15% des revenus des restaurants sur le loyer est la norme, la plupart des restaurateurs payant entre 10% et 20% en crédit-bail. En revanche, les restaurateurs de certaines des villes les plus chères du monde, comme New York, paient environ 10% de leurs bénéfices en loyer. Les coûts de location élevés peuvent souvent être les raisons pour lesquelles les entreprises de produits alimentaires et de boissons ferment leurs portes, en particulier au début, lorsque des changements dans la stratégie commerciale doivent parfois être apportés.

En outre, après la signature du bail, les investisseurs doivent être prêts à passer au moins 2 à 3 mois afin d’acquérir toutes les licences et permis nécessaires pour ouvrir l’entreprise de produits alimentaires et de boissons. Il est parfois possible de négocier avec le bailleur pour avoir une période de gratuité de 1 à 2 mois après la signature du bail, ce qui sera utile au cas où l’investisseur rencontrerait des retards dans l’obtention de toutes les licences appropriées nécessaires au démarrage de l’exploitation.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agence web : Strobag Media